Activ Nantes vous invite à plonger dans les coulisses du FC Nantes en allant à la découverte des personnes qui sont dans l’ombre mais qui sont au combien précieuses dans la vie du club !

Dans ce premier épisode nous allons à la découverte de Jean-Charles Verdalle, son visage vous est peut-être inconnu mais sa voix vous a surement accompagné lors de grands moments !

Depuis maintenant deux saisons Jean-Charles est la voix du FCN, la voix de la Beaujoire.

Dans cet épisode nous retracerons sa vie, ses études, comment en est-il arrivé à ce poste, ses meilleurs et plus mauvais souvenirs.

Bonjour Jean-Charles, merci d’avoir accepté de répondre à cette interview ! Peux-tu te présenter en quelques Lignes ?

Bonjour ANS, je m’appelle donc Jean-Charles, j’ai 35, je suis marié et j’ai 2 garçons de 6 ans et 9 mois. Je suis entrepreneur et assez investi dans les réseaux nantais.

Peux tu nous parler de ton enfance, ta vie avant d’être la voix du FCN ? Tes études etc …

Je suis né à Nantes et c’est une fierté. J’ai grandi à Nantes avant de déménager en sud loire (St seb, Vertou, Rezé et maintenant Pont St Martin). Je suis un fan de foot absolu (obsession pour les détails et faits chiffrés).

Elève moyen, j’ai fait des études professionnelles dans la vente (BEP BAC Pro et BTS), et je travaille depuis 15 ans.

J’ai toujours été supporter du FCN grâce à mon frère et mon beau père.

As-tu déjà pratiqué du foot étant plus jeune ?

Oui j’ai fait 2 ans de foot à Don Bosco (7-9 ans). Ma mère avait déjà écumée tous les terrains du département avec mon grand frère, j’étais pas très motivé et je me suis tourné ensuite vers le tennis. Mais le foot pour moi c’est le dimanche avec les copains.

Raconte-nous ton premier match a la Beaujoire en tant que supporter ?

Je crois que c’était un Nantes Bordeaux mais je ne suis plus sur. Mes premiers souvenirs remontent à l’époque de Nico Ouédec et autres Loko et Pédros.

Alors depuis maintenant deux saisons tu es la nouvelle voix du FCN, quel sentiment te procure ce poste privilégié ?

Beaucoup de chance et de fierté. Speaker n’est pas un rôle à prendre à la légère, il y a du travail derrière (du FCN et de moi-même). Privilégié est le bon mot, car je vois toute l’installation nécessaire a la retransmission d’un match (caméras, équipes techniques, journalistes…)

Comment as-tu réussi à prendre cette place ? as-tu fais des castings, des tests ?

En mai 2018, il y a eu un article sur 20 minutes qui disait que Yannick Bigaud arrêterait en fin de saison après 40 ans. Mon meilleur ami m’a tagué sur Facebook et je me suis dit pourquoi pas moi. J’ai envoyé un mail au club, le service marketing m’a reçu et le 21 juin j’ai passé un casting. Quelques jours plus tard, le club m’a appelé pour me dire que j’avais été retenu.

Lors de ce casting, te souviens-tu de ce que tu as fait ? Peux-tu nous raconter ?

Je me souviens de ce jour comme si c’était hier. J’ai du faire exactement la même chose que si j’étais en avant match. Compo d’équipe adverse, celle du FCN et l’hymne a la Beaujoire (qui n’est d’ailleurs pas parti, je l’ai chanté à capella)

Raconte-nous un peu ton premier match officiel en tant que Speaker ?

C’était le 11 août 2018, Nantes Monaco devant 33000 personnes. Je n’ai pas bien dormi, je suis arrivé à 12h au stade, le match était à 17h. J’avais pris des conseils auprès de Yannick l’ancien speaker, et les speakers de Nice et de l’OL. J’ai fait ce qu’on attendait de moi avec quelques petites erreurs (pas significatives pour les supporters) et le temps m’a permis de poser ma « patte »

Te souviens-tu du premier But que tu as célébré avec le Micro ?

C’était lors de ce match, on perd 1-3 mais le seul but nantais est inscrit par le guerrier Emiliano Sala.

Comment se passe une journée type de match ?

Déjà je reçois les éléments (déroulé) dans la semaine du match pour préparer mes textes. Le jour J j’arrive 3h avant. J’aime arriver tôt, prendre le pouls et discuter avec tout le monde (sécurité, hôtesses, ramasseurs de balles, staff…). Il y a aussi une réunion avec Mstream l’équipe de production et les cadreurs.

Ensuite, j’attends avec impatience l’arrivée des joueurs, la compo, et ma prise de parole se fait 1h avant le coup d’envoi. A la fin du match, je fais les interviews de 2 joueurs pour les partenaires. Une fois l’interview terminée, mon job est fini, je prends une bière c’est le rituel et je rentre chez moi.

As-tu un rituel avant de commencer à prendre la Parole ?

Pas de rituel, j’aime décompresser en faisant rire les gens qui sont avec moi.

Comment as-tu vécu la disparition tragique d’Emiliano Sala ?

Le jour où on a appris qu’un avion s’était écrasé et qu’Emi était dedans, j’ai reçu plein de messages qui me disait, tu as vu ce qui s’est passé ?!! J’ai eu les mêmes informations que tout le monde, pas plus, pas moins. Sa disparition tragique a choqué la planète football, et l’hommage qu’il a reçu a été à la hauteur de sa disponibilité et gentillesse auprès des supporters, et de tout le monde.

On imagine que lors des matchs contre ASSE et Nimes, l’émotion était présente et que c’était difficile avec cette ambiance particulière, peux-tu nous raconter ?

Très difficile car a ce moment la. On se laisse emporter par l’émotion surtout quand on voit les supporters, les salariés du club pleurer. Il faut rester à sa place, ne pas en rajouter.

Tu as fait le choix de continuer de dire le Nom d’Emiliano après chaque composition d’équipe, pour toi cela te semblait Logique ?

Oui, en fait cela m’est venu instinctivement. Je ne savais pas si le stade allait reprendre, et puis si.

As-tu eu des consignes sur cela ? Quand arrêter de dire son nom, ou c’est carte blanche ?

Pas de consignes particulières. Mais il y aura un moment ou il faudra sans doute passer à autre chose, et garder Emi dans nos cœurs.

Une fois tu ne l’as pas cité, c’était lors de Nantes-PSG, peux-tu nous expliquer pourquoi ?

Les matchs contre le PSG sont toujours des matchs particuliers sur l’organisation et le protocole. On a eu beaucoup de retard, et les délégués m’ont pressé.

Es-tu proche des joueurs ? en contact régulier avec ?

Je suis proche de certains joueurs car le contact s’est fait naturellement. J’ai toujours un mot pour eux, et maintenant, ils sont aussi habitués à moi, je sais ce qu’ils aiment ou pas notamment pour les interviews.

Si oui quel est ton petit chouchou de l’effectif ?

J’ai pas de chouchou, mais j’échange avec Fabio, Imran ou Dennis Appiah. Marcus aussi a toujours un petit mot quand il vient s’asseoir en tribunes. Après ils sont tous cool avec moi.

Comme je le disais ça fait déjà deux saisons que tu es à ce poste, est-ce que tu t’es déjà fixé une limite de retraite ?

Non pas de date pour l’instant, tant que j’aime ça et que le club est content, je serai la. J’aime rappeler que je suis prestataire et non salarié du club.

Quel est ton meilleur souvenir ?

J’en ai plusieurs, les larges victoires contre Toulouse et Guingamp, et la victoire face au PSG (3-2)

Quel est le mauvais souvenir (même si on a déjà un petit avis sur la question)

La disparition d’Emiliano.

Es-tu en contact régulier avec la Famille Kita ?

Pas plus que ça. Mes contacts au club sont les services supports (marketing, commercial, fan expérience). Mais le peu que j’échange avec eux, tout se passe bien.

Les nouveautés depuis ton arrivée, c’est bien sur l’avant-match (Kiss Cam, Fais ta célébration etc etc…) C’est toi qui a eu l’idée d’instaurer ce moment avec les supporters ?

Le club a fait le choix de dynamiser son avant match en s’appuyant sur une société de production de contenus MSTREAM. J’ai un avis consultatif et je donne quelques idées.

Fais-tu d’autres prestations avec le FCN ? des soirées caritative etc ?

Oui. J’anime tous les événements du club (soirées partenaires, soirée des abonnés, dîner des partenaires, soirée du business club…) Le club souhaitait un animateur qui puissent les accompagner sur toutes les manifestations, ce qui permet d’instaurer un vrai lien avec les joueurs et le staff.

Merci beaucoup pour le temps que tu nous as accordé et rendez-vous bientôt à la Beaujoire Jean-Charles.

En attendant #RESTEZCHEZVOUS et #PRENEZSOINDEVOUS